Une émission de télévision italienne dévoile la triste réalité derrière la production de poulet biologique

Récemment, la radiotélévision publique italienne (RAI) a diffusé un épisode de son programme d’investigation « Report » consacré à la production avicole « Che polli ! (partiellement disponible avec sous-titres anglais ici).

La journaliste Giulia Innocenzi a dépeint un certain nombre de questions critiques sur la principale entreprise de production de volaille biologique en Italie, à l’aide d’images reçues par notre membre VBL.

Environ 98% des poulets élevés en Italie pour leur viande sont races de poulets de chairQui ont été spécifiquement sélectionnés et génétiquement modifiés grandir dans des proportions énormes en un temps record produire les parties de leur corps les plus demandées sur le marché. Les poulets de chair se développent seins énormes en quelques semaines et n’ont pas la force du haut du corps pour s’appuyer sur leurs jambeset ils sont envoyés à l’abattoir à environ 4 semaines d’âge.

La sélection de traits permettant une croissance rapide et le développement de parties du corps spécifiques n’est rendue possible que par une sélection génétique non régulée. De plus, les poulets de chair souffrent de maladies cardiorespiratoires et musculo-squelettiques en raison de leur corps très déformé qui dépasse ce que leurs muscles et leur cœur peuvent supporter.

L’agonie de ces animaux est tangible, comme en témoigne une fois de plus l’enquête du rapport : ils sont tués par des ouvriers non qualifiés, alors qu’ils sont encore dans l’étable parmi d’autres animaux et non à l’abattoir. La raison? Ils ne grandissent pas assez vite. Cette pratique n’est pas légale mais c’est une réalité pour tous les systèmes d’élevage intensif de poulets.

La consommation de viande de poulet en Italie augmente, contrairement à la consommation d’autres viandes. Et pour répondre à la demande du marché, les poulets sont contraints de vivre une non-vie, entassés dans de grands hangars, souvent confinés au sol dans leurs propres excréments car ils sont rendus incapables de se tenir debout.

Inspections par les services vétérinaires sont essentiels, mais ils ne sont pas suffisamment fréquents, et ils sont souvent d’un commun accord avec les fermeselles se limitent donc à des contrôles parfois purement documentaires, sans contrôles approfondis de la santé de tous les animaux de l’exploitation.

Il s’agit d’un système de production de plus en plus insoutenable : les poulets, ainsi que d’autres volailles, sont touchés par la grippe aviaire qui a tué plus de 14 millions d’animaux l’hiver dernier, dont beaucoup ont été abattus, et a déjà traversé plusieurs espèces au cours des dernières décennies, infectant les humains.

Malheureusement, des enjeux cruciaux se cachent aussi souvent derrière des modes d’élevage, comme le bio, censés offrir de meilleures conditions de vie aux animaux et auxquels les consommateurs sont de plus en plus sensibles, étant donné leur volonté d’accorder plus d’attention au bien-être animal et à la durabilité.

« L’apparition quotidienne de maladies et l’impossibilité de surveiller en raison du grand nombre d’animaux et d’élevages en font un système agricole malade où l’illégalité est enracinée. Dans un pays comme l’Italie, qui a reconnu les animaux dans sa Constitution, nous devons faire en sorte que ces violences cessent ».a commenté Roberto Bennati, directeur général, LAV.

« C’est la dernière d’une longue liste d’enquêtes prouvant que le système d’élevage industriel actuel ne fonctionne pas pour les animaux et pour la planète, même lorsqu’il s’agit d’une production biologique. Avec la révision actuelle de la législation sur le bien-être animal, la Commission européenne a la possibilité de mettre fin aux souffrances de milliards d’animaux, par exemple avec des lignes directrices pour l’adoption de races à croissance plus lente. Nous allons continuer à travailler dur jusqu’à ce que ces scènes horribles deviennent un mauvais souvenir du passé »a ajouté Reineke Hameleers, PDG d’Eurogroup for Animals.