La dernière réunion du Conseil AGRIFISH a révélé que les États membres sont désireux de s’attaquer aux principaux problèmes de bien-être animal

De plus, plusieurs États membres se sont inquiétés de questions commerciales. L’Espagne, la Hongrie, la Pologne, la Bulgarie, l’Estonie, la Grèce, la Slovénie et la Lituanie ont souligné que les produits importés doivent avoir les mêmes règles que celles appliquées dans l’UE. De même, la Lettonie a fait remarquer que le le commerce illégal d’animaux doit être freinéet a convenu avec la Belgique, l’Estonie et la Roumanie que les chats et les chiens doivent également être réglementés plus étroitement.

De plus, les problèmes liés au bien-être des animaux et santé publique étaient sur quelques radars. La Finlande a souligné que « les bactéries ne connaissent pas les frontières », il est donc important d’avoir des restrictions à l’échelle de l’UE sur les antibiotiques. L’Italie a ajouté qu’elle avait déjà inclus des mesures pour lutter contre la résistance aux antimicrobiens, tandis que la Slovénie et le Luxembourg ont acquiescé à la lien entre un meilleur bien-être animal et une moindre utilisation d’antibiotiques.

Comme l’a souligné Kyrikades elle-même, les ministres de Suède, de Chypre et d’Irlande ont mentionné qu’il valait mieux application et mise en œuvre devaient figurer dans la nouvelle législation sur le bien-être animal. Il est essentiel que les normes soient prises au sérieux et déployées correctement, si nous – et surtout, les animaux – voulons en ressentir les avantages.

Enfin, presque tous les ministres de l’agriculture de l’UE ont souligné qu’une aide financière serait nécessaire pour assurer une transition durable.

Qu’avons-nous pensé de la discussion… et y a-t-il eu des domaines qui ont été négligés ?

Nous apprécions que tant d’États membres aient plaidé pour que des dispositions spécifiques aux espèces soient incluses dans les propositions à venir. Nous avons été particulièrement heureux d’entendre les poissons – qui n’ont été reconnus que récemment comme des êtres sensibles – mentionnés à plusieurs reprises. Nous sommes ravis de voir comment leur bien-être sera représenté dans la nouvelle législation, en particulier suite au lancement par la Commission européenne d’un centre de référence sur le bien-être des poissonsqui devrait constituer un outil utile pour l’élaboration de meilleures normes d’aquaculture.

C’était aussi encourageant de voir autant d’attention sur problèmes de commerce et de transport, qui sont une énorme source de souffrance pour des millions d’animaux chaque année. Les remodeler serait une victoire importante pour leur bien-être.

Cela dit, il y avait quelques domaines clés sur lesquels nous aurions souhaité que les discussions d’hier se concentrent davantage. Avec l’Autriche, les Pays-Bas ont été le seul État membre à faire allusion à une interdiction de élevage d’animaux pour la fourruremalgré le succès retentissant de notre ICE Europe sans fourrure qui a récemment dépassé le million de signatures.

De plus, la Suède a été le seul État membre à établir des liens étroits entre les objectifs de durabilité et des normes de bien-être animal plus élevées. Un meilleur bien-être animal est au cœur de la transformation du système alimentaireil est donc important que les ministres établissent – et agissent sur – ce lien.

Enfin, la tendance inquiétante des États membres à invoquer la nécessité de longues périodes de transition était clairement visible, même si les expériences passées de transition des cages conventionnelles aux cages aménagées se sont avérées moins longues que prévu par les agriculteurs, par exemple. Il est important que les périodes de transition soient réalistes et de nombreux exemples de fermes qui se sont déjà convertis à des systèmes d’élevage sans cage prouvent que des changements peuvent être apportés efficacement.

En fin de compte, alors que les États membres ont partagé de nombreux objectifs et intérêts positifs en matière de bien-être animal lors de la réunion d’hier, il reste du travail à faire pour garantir que les nouvelles lois améliorent considérablement la vie de tous les animaux dans l’UE. Une partie de ce voyage consistera à renforcer la confiance dans les États membres pour passer rapidement à des normes de bien-être animal plus élevées, car plus elles seront mises en œuvre rapidement, plus les animaux seront sauvés de la souffrance… et plus vite nous pourrons transformer des secteurs comme le commerce, l’alimentation et cultiver pour le mieux en Europe.