Poulets de chair : pourquoi ces êtres innocents souffrent-ils par milliards ?

L’ordre hiérarchique : les chaînes de restauration rapide prennent du retard en matière de bien-être du poulet

L’European Chicken Commitment (ECC) est un ensemble d’exigences minimales qui amélioreront considérablement et de manière rentable le bien-être des poulets.

Le rapport sur l’ordre hiérarchique a analysé 69 entreprises en France, en Allemagne, en Italie, en Pologne, en Roumanie et en Espagne sur leur engagement à prendre en compte le bien-être du poulet tout au long de leurs chaînes d’approvisionnement et sur les progrès qu’elles accomplissent dans la mise en œuvre des exigences de l’ECC.

Chaque année, plus de 7 milliards de poulets de chair sont tués pour être consommés dans l’UE. 95 % des poulets de chair actuellement élevés dans des fermes industrielles sont à croissance rapide et sélectionnés de manière sélective pour atteindre le poids d’abattage en seulement cinq à six semaines. Leur taux de croissance a un impact énorme sur leur santé et leur bien-être.

Les résultats montrent que seulement 49 % des entreprises analysées ont publié une politique de bien-être des poulets de chair qui démontre leur alignement avec tout ou partie des critères de l’ECC, et 51 % n’ont aucun engagement sur le sujet.

Un nombre stupéfiant de 90 % des entreprises analysées sont classées dans le niveau de note le plus bas (très mauvais) en matière de rapports d’étape, n’ayant publié que très peu ou rien sur les questions de bien-être des poulets de chair.

Si la note globale des entreprises de restauration rapide évaluées en France s’est améliorée, l’Allemagne, l’Espagne et l’Italie ont enregistré de légères baisses de la note globale de leur entreprise. La Pologne et la Roumanie ont des scores globaux nettement inférieurs à ceux des autres marchés évalués.

A lire également