adieu à un cavalier exceptionnel

adieu à un cavalier exceptionnel

Le célèbre entraîneur équestre Lars Sederholm est décédé le 12 octobre à l’âge de 87 ans.

L’un des cavaliers les plus remarquables du XXe siècle, son influence s’est répandue partout, grâce à son idée originale, le Waterstock House Training Centre, et grâce à la formation de nombreux cavaliers parmi les plus titrés au monde, des années 1960 au début des années 2000.

Lars est né le 27 novembre 1935 à Östersund, dans le nord de la Suède, mais a grandi plus au sud, à Oskarshamn. Né dans une famille sans chevaux, ses premiers souvenirs incluent s’être faufilé à l’abattoir local pour nourrir les carottes et réconforter les chevaux sur le point d’être abattus.

Après son service militaire dans la cavalerie suédoise, il devient palefrenier du double médaillé d’or olympique Henri St Cyr. Henri était un maître d’œuvre coriace mais un entraîneur inventif et a inculqué à Lars une base approfondie en équitation classique. Après l’avoir quitté, Lars a travaillé pour Joan Gold, la meilleure cavalière de dressage britannique de l’époque, où il a rencontré sa future épouse, Diana Lloyd.

Très tôt, Lars a montré du doigt une grande maison de campagne avec une écurie et a déclaré : « Un jour, j’aurai une maison comme celle-là et je construirai un endroit où les jeunes cavaliers pourront venir du monde entier et découvrir la vie équestre en Grande-Bretagne. , parce qu’il n’y a nulle part pareil. Ce rêve est devenu réalité assez rapidement puisque les parents de Diana étaient propriétaires de la Waterstock House délabrée et qu’ils ont ouvert ensemble leur centre de formation.

Lars Sederholm était un compétiteur féroce et a remporté le trophée commémoratif Tony Collins pour le meilleur cavalier de trial trois années de suite, mais en 1966, il a commencé à s’entraîner à temps plein. De nombreuses personnalités franchiraient les portes de Waterstock, parmi lesquelles Yogi Breisner, le bras droit de Lars pendant 13 ans, David O’Connor, Richard Walker, Henrietta Knight, Caroline Bradley, Michael Whitaker et Peder Fredricson.

N’importe quel jour, on peut s’attendre à ce que des sommités telles que William Fox-Pitt, Matt Ryan, Mary King et Ian Stark se présentent pour une leçon. Lars a également été entraîneur d’équipes olympiques auprès d’équipes du Canada, d’Allemagne, d’Amérique et de Suède, ainsi que d’individus d’autres pays.

Waterstock a fonctionné pendant 35 ans et a accueilli des milliers d’étudiants, qui ont en effet pu expérimenter la vie équestre de la manière dont Lars l’avait imaginé il y a toutes ces années. Lorsque le centre de formation a été vendu en 1997, Lars a temporairement fait semblant de prendre sa retraite, avant de devenir consultant en chef de la formation de l’association britannique de saut d’obstacles de l’époque et de lancer le programme d’entraîneurs accrédités, qui existe toujours aujourd’hui.

On se souviendra surtout de lui pour son enthousiasme contagieux et sa capacité à tirer le meilleur d’un cheval. Homme intègre et exigeant, il n’hésitait pas à vous faire savoir si vous échouiez. Son héritage d’entraînement des chevaux avec « le plus grand respect pour la façon dont le créateur voulait qu’un cheval soit utilisé » et « en équilibre vers l’avant, avec du rythme », vivra chez ceux qui ont eu la chance de travailler avec lui.

Lars Sederholm laisse dans le deuil son épouse Diana, ses filles Tina, Annalisa et Annika et deux petits-enfants.

Sa crémation aura lieu au North Oxfordshire Crematorium and Memorial Park le mardi 21 novembre.

A lire également