Saffie Osborne devient la première jockey féminine à gagner à l'hippodrome de Meydan

Saffie Osborne devient la première jockey féminine à gagner à l’hippodrome de Meydan

  • Horse & Hound est soutenu par son public. Lorsque vous achetez via des liens sur notre site, nous pouvons gagner une commission sur certains des articles que vous choisissez d’acheter. Apprendre encore plus

  • Saffie Osborne a connu un succès historique à Meydan à Dubaï, vendredi 16 février, en tant que première femme à monter une gagnante sur l’hippodrome. Elle a rapidement enchaîné avec une victoire à Doha, au Qatar, moins de 24 heures plus tard.

    Saffie, 21 ans, a donné à Ouzo, qui est entraîné par son père Jamie Osborne et propriété de The Other Club, un tour cool pour décrocher le Lord Glitters Handicap de 1 m1f à Dubaï, après être revenu d’une période d’absence le mois dernier après s’être déchiré les ligaments du genou en une chute début octobre.

    « Je ne suis de retour que depuis trois semaines, mais j’aurais supporté toutes les blessures de ce qui s’est passé ces dernières 24 heures, car cela a été assez magique et je suis au septième ciel », a expliqué Saffie, qui, parmi de nombreuses autres réalisations en concours complet, a remporté la double médaille d’or aux Championnats d’Europe Poney en 2018 avant de se consacrer à la course à plein temps en 2020.

    « Ce sont les jours pour lesquels vous faites le dur travail quotidien. Ce furent trois mois d’absence assez épuisants, mais ces jours-ci vous rappellent pourquoi vous le faites.

    Parlant du fait qu’elle est la première femme à monter une gagnante à Meydan, Saffie a déclaré : « Je n’ai pas vraiment pensé à la partie historique de cela. C’est toujours un endroit où j’ai voulu monter des gagnants parce que j’ai grandi en regardant papa entraîner plein de bons chevaux qui y ont gagné.

    Saffie n’a pas tardé à remercier l’équipe de son père, basée à Lambourn, pour sa réussite à bord d’Ouzo.

    « Tout le mérite revient à Jimmy McCarthy, qui était à Dubaï avec ce cheval ces derniers mois, et à l’équipe de papa – c’est un cheval difficile à maîtriser et j’ai la chance de diriger aujourd’hui. »

    Saffie est devenue émue en évoquant ses souvenirs de voir les chevaux de son père réussir à Dubaï alors qu’elle grandissait.

    « Il y a dix ans, j’avais 11 ans et j’étais assis sur le canapé en train de regarder Toast Of New York remporter le Derby des Émirats arabes unis. Être ici sur les vainqueurs est vraiment spécial. C’est un rêve devenu réalité et monter à bord de l’un d’eux et surtout de la manière dont il l’a gagné était vraiment spécial », a-t-elle déclaré.

    Saffie, qui a monté plus de 165 vainqueurs depuis 2020, a ajouté une victoire au Qatar avec Emaraaty Ana, également entraînée par son père et appartenant à Barratt Racing, dans le Dukhan Sprint.

    « Ce cheval a tellement de capacités », a déclaré Saffie. « C’est un cheval vraiment classe et j’ai la chance d’être à son bord. C’est la première fois que je roule ici, j’ai donc essayé de faire le plus de recherches possible et de parler de la piste aux gens. C’est un cheval qui a failli remporter deux Breeders’ Cup Sprints, il a beaucoup de rythme et j’ai pu utiliser cela à notre avantage.

    La mère de Saffie, Katie O’Sullivan, était en Extrême-Orient pour assister au succès de sa fille.

    « Nous avons passé 24 heures incroyables et nous avons simplement flotté dans la vie, c’est incroyable et tellement excitant », a-t-elle déclaré. « Saffie fait ce qu’elle aime et c’est un plaisir de la regarder. »

    A lire également