Que pensons-nous du nouveau rapport de la Commission européenne sur la sécurité alimentaire ?

Avec nos crises climatiques et naturelles qui s’intensifient rapidement, il est essentiel que nous refaçons nos systèmes alimentaires pour le bien de la planète, en mettant particulièrement l’accent sur des régimes alimentaires plus sains et à base de plantes… un objectif qui devrait profiter aux deux animaux et personnes.

Le nouveau rapport de la Commission européenne est une publication bienvenue qui, nous l’espérons, inspirera de nouveaux travaux politiques pour rendre nos systèmes alimentaires plus durables et plus sûrs, ainsi que plus forts en termes de bien-être animal.

Mais à vraiment créer des systèmes alimentaires robustes fondés sur ces principes, certains domaines nécessitent encore une plus grande attention de la part de la Commission. Lire le rapport complet ici et notre résumé des sujets clés explorés ci-dessous.

Changement climatique, agriculture et sécurité alimentaire

Le rapport souligne que le sol, l’eau, la biodiversité et l’air sont des besoins fondamentaux pour la production alimentaire, et qu’ils sont actuellement menacés par des facteurs biophysiques et environnementaux. Ceux-ci laissent une empreinte majeure sur la terre et affectent la façon dont elle est exploitée.

Dans le même ordre d’idées, le rapport souligne que le le modèle actuel d’agriculture intensive à haut niveau d’intrants, qui repose fortement sur les pesticides chimiques, constitue une menace pour la sécurité alimentaire à moyen termecontribuant à :

  • Perte de biodiversité
  • Augmentation probable des ravageurs
  • Déclin de la santé du sol
  • Perte de pollinisateurs, qui sont essentiels à la production agricole.

La connexion ne pourrait pas être plus claire. L’agriculture industrielle a un impact négatif sur la planète et menace le fondement même de nos systèmes alimentaires en affectant notre capacité à produire de la nourriture. À moins que nous ne changions le tissu de la production agricole, nos systèmes alimentaires continueront de souffrir.

Animaux de ferme, régimes à base de plantes et sécurité alimentaire

Comme le souligne encore le rapport, l’agriculture est responsable de 10,3 % des émissions de gaz à effet de serre de l’UE, et près de 70 % de celles-ci sont causées par le secteur de l’élevage.

En Europe, environ 65 % des terres agricoles sont utilisées pour la production animale. Cela équivaut à environ 55 millions d’hectares de terres arables, dont une grande partie est utilisée pour produire des aliments pour les animaux.

Dans la seule UE, environ 55 % des céréales sont utilisées pour l’alimentation animale et 4 % pour la production de biocarburants (bioéthanol).

Une grande partie des terres de l’UE est donc réservée à la production d’animaux de ferme et est pulvérisé abondamment avec des pesticides chimiques… ce qui rend intensif animal systèmes agricoles, en particulier, une pression sur la planète et au détriment de la sécurité alimentaire et de la disponibilité des terres.

Nous pensons que le rapport de la Commission européenne ne met pas suffisamment l’accent sur ce lien ou ne suggère pas de mesures suffisamment fortes pour contrer l’impact de l’industrie. Il se concentre plutôt sur l’importance financière de l’élevage, la viande et les produits laitiers étant en tête de liste des exportations agricoles de l’UE. Dans le même temps, la consommation européenne moyenne de protéines animales par habitant est aujourd’hui supérieure de 50 % à ce qu’elle était au début des années 1960 et double de la moyenne mondiale.

La preuve parle d’elle-même. Nous sommes convaincus un système alimentaire véritablement durable et résilient ne peut être construit que par façonner des environnements alimentaires favorables, qui privilégient les produits à base de plantes et la viande moins bien-être mais plus bien-être. Heureusement, certains aspects de l’étude reflètent ce concept, car elle reconnaît qu’un passage à davantage d’aliments à base de plantes améliorerait non seulement la sécurité alimentaire, mais présenterait de grands avantages pour l’atténuation du climat, tout en générant également des co-avantages importants en termes de santé humaine.

Conformément au régime de santé planétaire EAT-Lancet, L’Eurogroupe pour les animaux aimerait voir la production et la consommation de viande, de produits laitiers, de poisson et d’œufs réduites de 70 % d’ici 2030 dans l’UE/Royaume-Uni (par rapport au niveau de 2020), ainsi qu’une augmentation des régimes alimentaires à base de plantes et de meilleures pratiques d’élevage. En conséquence, nous aimerions voir la Commission devenir plus ambitieuse dans sa vision du changement de régime alimentaire.

Cela dit, les animaux au pâturage pouvait figurent toujours dans un avenir alimentaire durable. Comme l’indique le rapport, il existe environ 51 millions d’hectares de prairies permanentes dans l’UE, qui ne peuvent pas être facilement cultivées et sont utilisées exclusivement par les ruminants. Le maintien des prairies permanentes est important pour augmenter les stocks de carbone du sol et améliorer la biodiversité, en donnant aux animaux de pâturage un rôle important à jouer dans l’entretien de la terre et, ainsi, en contribuant à la sécurité alimentaire tout en maintenant un niveau élevé de bien-être animal.

Travailler avec un nombre réduit de têtes de bétail pourrait également aider à développer des systèmes agricoles plus « circulaires », car les agriculteurs pourraient utiliser leur fumier pour produire des bio-engrais, par exemple. Des méthodes innovantes de travail avec les animaux peuvent donc encore être explorées, bien qu’à une échelle beaucoup plus petite et en gardant à l’esprit leur bien-être.

Changement de politique et sécurité alimentaire

Enfin, le rapport reconnaît que la capacité à assurer la sécurité alimentaire à long terme tout en protégeant notre climat et notre nature nécessite des interventions politiques. Le défi pour les décideurs politiques sera d’ouvrir la voie à des systèmes alimentaires durables et résilients d’une manière qui concilie simultanément ses besoins à court et à long terme.

Une approche systémique capable d’embrasser cette dualité est nécessaire. Un large éventail d’actions dans de nombreux domaines politiques, de l’agriculture et de l’aquaculture à la santé, au commerce, à l’énergie, à la recherche et plus encore, doit également être coordonnée et intégrée de manière à prendre en compte les liens entre les différents moteurs de la sécurité alimentaire.

Dans le même temps, une série de facteurs au sein des systèmes alimentaires eux-mêmes, y compris les impacts sur la biodiversité terrestre et marine, les pratiques de production, la technologie, les méthodes de transformation, la chaîne d’approvisionnement/la logistique, les environnements alimentaires, la consommation et l’innovation sociale, devront être adaptés pour être à la hauteur des défis actuels et futurs de l’établissement de la sécurité alimentaire.

Sur cette note, la mise en œuvre cohérente et complète du Green Deal européen, en tenant compte de la ferme à la fourchette et d’autres stratégies pertinentes, devrait aider l’UE à verrouiller un système alimentaire durable, inclusif et résilient dans un délai réaliste et avec le soutien nécessaire.

La politique agricole commune et la politique commune de la pêche, en particulier, continueront d’aider l’UE à rendre les industries de l’agriculture et de la pêche plus durables, en plus de soutenir les communautés dans les deux domaines. Cela contribuera à assurer la disponibilité et l’accès des consommateurs à des prix raisonnables.

Grâce à son marché intérieur et à ses relations et partenariats commerciaux mondiaux, l’UE peut en outre promouvoir des stratégies ambitieuses en matière de systèmes alimentaires dans le monde entier, axées sur la durabilité et la sécurité.

Avec leur potentiel d’influence sur les systèmes alimentaires à l’échelle mondiale, il est particulièrement crucial que l’UE accorde plus d’attention au bien-être des animaux et aux régimes alimentaires adaptés, car la manière dont nous abordons ces sujets à travers l’Europe pourrait avoir des implications pour les animaux de ferme partout.